2 décembre 2022

ALL OF US ARE DEAD une série Netflix & Webtoon

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus.

ALL OF US ARE DEAD une série Netflix & Webtoon

Attention : zombies mous ! Rien ne va plus au lycée de Hyosan : les élèves sont devenus fous et sautent sur tout ce qui bouge. Ça grogne, ça griffe mais surtout ça mord ! Une attaque de zombies dans un lycée, on n’y aurait jamais pensé et pourtant c’est au milieu de ce cauchemar que vont devoir survivre On-jo, son ami d’enfance Cheong-san et tous leurs copains de classe. Mais comment faire quand on n’a ni armes, ni moyen d’appeler les secours ?

Après KINDGOM et #ALIVE, Netflix revient dans le game du zombie avec une troisième production sud-coréenne : ALL OF US ARE DEAD. Adaptation du webtoon éponyme de Donggri, disponible en France chez Webtoon, la série nous plonge au cœur d’une apocalypse lycéenne le temps de 12 épisodes d’une heure chacun. Et c’est très long ! Si niveau attaque de zombies notre curiosité malsaine est vite satisfaite grâce aux nombreuses scènes gores et chaotiques, niveau scénario c’est la panade ! Loin de se contenter d’une histoire de lycéens survivants, la série propose plusieurs sous-intrigues parfois minimes qui, sans apporter d’éléments très novateur à l’intrigue principale, embrouillent complètement le rythme du show. L’humour forcé entre autre, comme lorsque l’influenceur est poursuivi par des enfants zombies, détonne sévèrement avec le ton dramatique de la série, provoquant un décalage assez désagréable au visionnage.

Côté scénario, l’histoire se passant au sein d’un lycée, un autre problème survient vite : c’est répétitif. Si la débrouillardise des élèves force le respect, le côté redondant de l’intrigue, lui, use notre patience. Nos héros adolescents sont piégés dans une salle de classe, ils doivent s’échapper, perdant un camarade au passage et rebelote Charlotte ! Les paris sont ouverts : qui sera le prochain malheureux mordu ?

Concernant les héros, On-jo et Cheong-san, difficile de s’attacher à eux tant leur relation est téléphonée au point d’énerver. Entre eux deux c’est à qui boudera ou méprisera le plus l’autre. Certes, ils sont jeunes et leur lien est évident dès le premier épisode mais qu’est-ce que c’est laborieux pour arriver au climax tant attendu ! Pour un peu on préférait presque l’histoire entre le beau Su-hyeok et la déléguée, si cette dernière n’était pas aussi antipathique qu’une porte de prison. Point positif, tout de même l’alchimie entre les camarades de classe, en particulier les garçons, fonctionne bien, on aime les voir évoluer ensemble et garder le moral malgré la catastrophe.

Autre fait intéressant de la série : le point de départ du virus. Si encore une fois on a affaire à une expérience scientifique qui tourne mal, la naissance de cette expérience trouve son origine dans un thème fort : le harcèlement scolaire. Mettant en scène plusieurs cas de harcèlement (sexuel, moral, physique, etc.), la série en propose une vision assez crue aussi bien dans les scènes d’intimidation que dans l’intellect des victimes. Où commence le harcèlement ? Le groupe a-t-il toujours tort ? Quelle peine infliger à l’harceleur ? Toutes ces questions apportent une touche de réalisme non négligeable à la série et interroge le spectateur sur sa propre morale. Un dernier point qui pousse à la réflexion mais hélas ne sauve pas une série trop chargée en péripéties redondantes.

Olivia T.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.