21 février 2024

Interview de Kiri, autrice de Mon vœu le plus sincère

Grande nouvelle : après avoir solidifié sa place dans le top 10 des webtoons comiques sur WEBTOON, Mon vœu le plus sincère paraît en volume relié chez les éditions KOTOON. Rendez-vous le 19 octobre en librairie. Vous ne connaissez pas encore? L’histoire relate les aventures d’Api Cranberry après sa rencontre avec un génie nommé Praince.

Webtoon Actu a profité de la Japan Expo pour rencontrer l’autrice, Kiri.

Couverture du tome 1 - Mon voeu le plus sincère, de Kiri

Couverture du tome 1 de « Mon voeu le plus sincère ». À paraître aussi aux éditions KOTOON

Bonjour Kiri ! Ton webtoon va être publié en version papier, mais revenons d’abord sur ses origines. Comment te sont venus ces personnages – Api, Praince, Oxlov – et l’idée de mettre en scène des génies ?

Avant de créer ce titre, j’ai longtemps publié de petites bandes dessinées humoristiques sur les réseaux sociaux. À cette époque, Api existait déjà, mais sous un autre nom. C’était le personnage que j’utilisais pour me représenter.

Sur une de ces planches, elle rencontrait un génie qui lui proposait de faire un vœu, et elle choisissait un vœu stupide. Ça ne faisait que quatre cases de long. Je me suis dit que ce serait une super idée de partir sur ce concept pour un enchaînement de plusieurs strips, des petites histoires d’une planche maximum. Je voulais les envoyer à une maison d’édition traditionnelle, pour une publication sur papier.

C’est à ce moment, pendant le premier confinement, que WEBTOON a lancé son premier concours. Comme beaucoup de gens, je n’avais grand-chose à faire durant cette période. Mes amis m’ont encouragée à participer au concours, surtout que les prix étaient intéressants. Je me suis dit que puisque j’avais déjà plusieurs planches prêtes, je pourrais concevoir un premier épisode en bougeant quelques cases. À partir de là, ce qui était juste un enchaînement de gags a commencé à devenir une histoire. J’ai commencé à écrire un scénario avec un vrai fil rouge. C’est comme ça que Praince a commencé à prendre de plus en plus d’importance, alors qu’il n’était à l’origine qu’un personnage très secondaire.

Praince - Mon voeu le plus sincère

Praince. Mon voeu le plus sincère @WEBTOON. À paraître aussi aux éditions KOTOON.

Quant à Oxlov, je l’ai créé après le concours. En lisant les webtoons d’autres artistes, je me suis dit qu’il me manquait un certain type de personnage : un personnage secondaire, stupidement beau et gentil, auquel les lecteurs et lectrices accrocheraient. Un personnage qui pourrait aussi faire travailler leur imagination, qui leur ferait se dire : « Il est trop beau, il a une drôle d’alchimie avec Praince, je les vois bien ensemble… ». Je l’ai vraiment créé juste pour ça !

Oxlov - Mon voeu le plus sincère

Oxlov. Mon voeu le plus sincère @WEBTOON. À paraître aussi aux éditions KOTOON.

Api est donc bien inspirée de toi-même et de tes expériences ? D’ailleurs, elle est aussi autrice de webtoon !

C’était initialement le cas, mais aujourd’hui elle n’a plus rien à voir avec moi ! (Rires)

Tu disais que ton projet initial était d’envoyer ta collection de strips à des maisons papier. Du coup, avec cette publication chez KOTOON, tu as atteint ton objectif, non ?

C’est vrai que la boucle est bouclée. Pourtant, quand j’ai signé mon premier contrat avec WEBTOON, je n’avais plus pour objectif de faire paraître ce projet en version papier. D’abord parce que pour moi, ce sont vraiment deux médias différents. En plus, je n’avais pas besoin de ça pour avoir un sentiment d’aboutissement. J’avais signé un contrat, je travaillais, je vivais de ma passion. Mon objectif était atteint.

C’est quand la saison 2 de Mon vœu le plus sincère touchait à sa fin que je me suis dit qu’en faire une version papier serait intéressant. Je pensais attendre d’avoir bouclé la saison pour y réfléchir sérieusement. Finalement, c’est KOTOON qui m’a approchée en premier. Ils sont venus me voir sur mon stand pendant la Japan Expo 2022. Des membres de l’équipe étaient fans de ma série, et m’ont demandé si je voulais en publier une version reliée. Euh, oui !!! (Rires) Nous avons organisé notre premier rendez-vous trois mois plus tard. Ensuite, tout s’est très vite mis en place.

Est-ce que réagencer les cases pour la parution papier t’a demandé beaucoup de travail ?

Je ne m’en suis pas occupée ! C’est le studio MAKMA qui s’en charge. D’ailleurs, j’ai eu un premier aperçu des planches, et elles sont magnifiques. Et non, je ne dis pas ça pour booster la promotion de mon livre ! (Rires)

Ça me fait tout drôle voir les cases réagencées, puisque que ce n’est pas moi qui ait fait la mise en page, mais elles son sublimes. J’avais parfois du mal à croire qu’ils aient pu faire ça avec mon travail.

Par contre, de mon côté, j’ai dû retravailler les trois ou quatre premiers épisodes. Ce n’est pas qu’ils étaient moches ou d’un niveau inférieur, mais le style graphique était trop différent de celui que j’ai utilisé pour la suite de la série. Par exemple, au début, j’utilisais un pinceau très texturisé pour l’encrage. Après, j’en utilisais un très lisse. Ça ne concordait pas.

La saison 3 de Mon vœu le plus sincère est confirmée, même si la date de lancement n’a pas encore été annoncée. Est-ce que KOTOON compte adapter toute les saisons de ta série ?

J’ai signé pour toute la série, oui ! Elle paraîtra intégralement en version papier. Il y aura aussi des épisodes bonus. Le premier sera publié dans le tome 1 et continuera dans le tome 2.

Et est-ce que tu vas devoir modifier ta manière de travailler pour la saison 3 (scénario, mise en page), pour faciliter son adaptation en version papier ?

Non, pas du tout. Je vais juste faire attention à la manière dont je fais mes bulles. (rires) La correctrice de KOTOON m’a fait des remarques à ce sujet. Si je refais les mêmes erreurs, elle devra à nouveau les corriger dans les tomes à venir ! C’est plutôt ce genre de petites choses auxquelles je dois faire attention.

Api Cranberry - Mon voeu le plus sincère

Api Cranberry. Mon voeu le plus sincère @WEBTOON. À paraître aussi aux éditions KOTOON.

Toujours côté création, tu as parfois travaillé avec des assistants qui sont eux-mêmes auteurs de webtoon, comme Jellexia.H  (Ma senpai est un homme) et Yuurei&Ko (Le musicien et le yokai). Comment ces collaborations se sont-elles mises en place ?

À l’origine, j’étais l’assistante de Jellexia.H sur son manga Yngvild. Pendant la saison 1 de Mon vœu le plus sincère, je me suis retrouvée surchargée de travail car je m’étais très mal organisée. Je lui ai donc demandé de l’aide. Je savais que nous étions rôdées puisque nous avions déjà travaillé ensemble. Elle a pris en charge les aplats. Et quand ma fatigue s’est accentuée, j’ai demandé à Yuurei&Ko de faire les ombrages. À l’époque, c’était un de mes lecteurs, nous n’étions pas proches. Il était très fan d’Oxlov et du coup très motivé pour contribuer ! (rires). Ils ont sauvé ma saison 1 et surtout mon moral, car j’ai fait un burn out très violent.

Du coup, pour la saison 2, j’ai complètement modifié mon rythme de travail. Je me suis organisée plus sérieusement, par exemple en travaillant dans un café en centre-ville tous les lundis. Devoir dépenser 15 euros m’a beaucoup motivée ! (Rires) Ça m’a permis de boucler mon storyboard et commencer mes croquis dès le début de la semaine. Je travaillais tellement plus vite que je n’ai eu besoin d’aide que trois ou quatre fois sur la saison, pour les épisodes du procès de Praince qui nécessitaient beaucoup de décors.

Je pense garder cette organisation pour la saison 3 car à présent, je travaille vite et bien toute seule. En plus, j’ai beaucoup changé ma méthode d’ombrage, de lumière et d’ambiance. Jellexia.H et Yuurei&Ko travaillent très bien, mais ça me demanderait trop d’énergie de leur montrer mes nouvelles méthodes ou de retravailler les planches après eux par souci de cohérence.

C’est vrai qu’on dit que le rythme de travail d’un auteur de webtoon est difficile à tenir. Après deux saisons parues, as-tu le sentiment de bien le maîtriser ?

Oui, mais je ne sais pas si c’est une bonne chose de s’habituer à travailler 80 heures par semaine. (Rires)

Notre pire ennemi en tant qu’auteur, c’est nous-même. On ne travaille pas dans des bureaux avec des collègues. On travaille chez nous, souvent dans notre chambre. C’est un petit espace, notre lit est juste à côté, sans compter les consoles de jeu vidéo, les réseaux sociaux… C’est très dur de se concentrer. Pourtant si on ne fait que travailler sans se changer les idées, c’est tout aussi négatif. Il faut trouver le juste milieu, mais c’est difficile à faire tout seul chez soi.

Aller travailler à l’extérieur a tout changé, et je m’y tiendrai à présent. Ça a sauvé ma saison 2, et je travaille plus vite. Avant, il me fallait 80 heures pour produire un épisode classique. Aujourd’hui, il me faut 55 à 60 heures. Ça reste beaucoup, mais c’est un mieux qui fait du bien.

Il faut aussi continuer à prendre soin de soi : ne pas négliger son sommeil, ne pas s’enfermer… Surtout, il faut voir du monde. C’est un métier très solitaire. Même les échanges entre auteurs sont souvent virtuels, en dehors des festivals ou des événements EVENTOON (NDLR : un collectif d’auteurs de webtoon français).

Côté lecteurs, tu parlais tout à l’heure de vouloir stimuler leur imagination. Tu interagis aussi avec eux via Patreon, où tu publies des images des personnages de ton webtoon ou de tes jeux de rôle. Penses-tu continuer à alimenter ton Patreon pendant la saison 3 ?

Je ne m’attendais pas à ce qu’on parle de ça. (Rires) Oui, je continuerai à poster sur Patreon pendant la saison 3. Je fais du jeu de rôle depuis longtemps, mais j’ai récemment développé une fixation sur le personnage que je joue dans une campagne lancée pendant la saison 2. Il s’appelle Podrog. Son nom est nul (rires) mais il est puissant, fort et souriant – c’est un soleil sur pattes, et ça fait beaucoup de bien quand on est tout le temps fatigué.

Du coup j’ai commencé à le dessiner, lui et un personnage qu’il fréquente … et ça m’a complètement débloqué artistiquement !  Il faut savoir que le webtoon, c’est un métier très mécanique. Quand on travaille sur un épisode, on ne peut pas avancer à l’envie. Il faut toujours tout faire dans le même ordre : storyboard, croquis, encrage, couleur, ombrage, lumière, décor, ambiance, puis texte. Si tu sors de ce schéma, tu perds quatre jours, car tu dois revenir en arrière pour réajuster des choses.

Après 86 épisodes à travailler ainsi, dessiner Podrog m’a fait du bien car cela m’a permis de créer sans obligations. J’étais libre de ne pas mettre de couleur ou de texte, d’écrire à la main… Ça a été un exutoire immense, et j’ai pu faire beaucoup de tests. Grâce à cela, j’ai beaucoup progressé ! Objectivement, mon niveau a explosé sur les quinze derniers épisodes de la saison, notamment pour les ambiances et la lumière.

Podrog - Le suivant

Un croquis de Podrog par Kiri. Le suivant @WEBTOON

Et est-ce que c’est difficile de concilier le jeu de rôle et le Patreon avec la création de ton webtoon ?

Non, pas du tout. Pourtant, je participe à trois sessions de jeu de rôle par semaine. Mais ce sont des exutoires dont j’ai besoin.  Je suis libre. Je poste aussi des dessins d’Oxlov, et d’Oxlov et Arthur, que les lecteurs aiment bien ensemble d’ailleurs. En plus, c’est un super complément financier. Aujourd’hui, Patreon me rapporte la moitié d’un loyer. Les gens sont prêts à payer pour voir mon personnage super sexy dans des situations osées. Moi, ça me va ! (Rires)

Est-ce que tu penses publier une série ou mini-série officielle mettant en scène les personnages de ton jeu de rôle, ou cela restera-t-il un plaisir personnel ?

Je vais poster la backstory de Podrog, intitulée Le suivant, sur WEBTOON Canvas où je peux publier sans stress (NDLR : déjà en ligne au moment de la publication de cet article). J’ai besoin de le partager, sinon je ne vais pas pouvoir me concentrer sur la saison 3 de Mon vœu le plus sincère ! Il y aura 7 ou 8 chapitres.

Peut-être que je publierai plus tard en autoédition un recueil relié qui rassemblera cette histoire, ainsi que des illustrations de Podrog et des chapitres de sa vie romantique publiés sur le Patreon. Mais je ne m’engage pas là-dessus, car cela demande beaucoup d’énergie. J’ai déjà beaucoup de choses à faire avec KOTOON et WEBTOON, il ne faut pas que je me surcharge de travail.

Est-ce que tu es très sollicité par KOTOON pour la promotion de la sortie papier de Mon vœu le plus sincère ?

Oui, mais c’est aussi mon choix. Je leur ai dit que j’étais prête à donner beaucoup de moi. Ils croient beaucoup au succès du titre, donc je me dis qu’il faut que je fasse tout pour ce que ça marche. Je me déplace autant que possible pour présenter la série aux diverses forces de ventes – sauf quand c’est trop loin ! J’essaie aussi d’être en bon termes avec les personnes qui influent sur le projet, car dans ce domaine, c’est très important de tisser des liens.

KOTOON essaient vraiment de ne pas me fatiguer. Par exemple, ils ne me demandent pas de visuels s’ils ont déjà ce dont ils ont besoin. Mais ça ne m’empêche pas de me porter volontaire pour faire des choses en plus.

Du coup, malgré ce qui était prévu, je ne suis pas vraiment en pause. (Rires) Mais c’est pour le mieux. J’ai 24 ans, si je ne fais pas tout ça maintenant, je ne le ferai jamais.

Parlons de tes autres engagements. Tout à l’heure, tu as mentionné EVENTOON, un collectif d’auteurs de webtoon français dont tu fais partie. C’est important pour toi de participer à ce genre d’initiative, sur un marché qui reste très coréen ?

À l’origine, EVENTOON s’appelait WEBTOON MADE IN FRANCE, mais nous avons changé le nom du groupe pour éviter d’éventuels problèmes de copyrights avec WEBTOON.

L’organisation s’est créée petit à petit. Au départ, ce n’était pas une association – juste un groupe pour faire force commune suite à un ras-le-bol des auteurs français de WEBTOON. On avait le sentiment de ne pas être assez mis en valeur par la plateforme.

Quand WEBTOON a refusé de signer la saison 3 du webtoon Les Ravageurs de Cyann, alors qu’à l’époque elle avait déjà 60 000 abonnés, les lecteurs ne l’ont pas accepté. Ils se sont mobilisés pour prouver à WEBTOON qu’il y avait de l’engagement. Une pétition a circulé et elle a rassemblé énormément de signatures – c’est allé très loin. WEBTOON a pris conscience que le public était bien présent et a validé la saison 3.

Côté auteurs tout ça nous a permis de réaliser que nous ne devons pas nous laisser faire quand nous ne sommes pas pris au sérieux. Surtout si le public est au rendez-vous. Nous sommes plus forts ensemble, donc nous avons uni nos forces. Par exemple, nous avons commencé à envoyer des mails signés collectivement à WEBTOON, notamment pour demander plus de publicité et de mise en avant de nos titres sur la plateforme. Nous avons aussi créé un compte Instagram pour nous-même la publicité de nos titres. Il a vite grandi, puisque le lectorat était là.

Puis Cécile Garcia (Mez et les filles de Sar, avec Hycopank) a proposé de monter une association en bonne et due forme, notamment pour pouvoir mettre un pied dans les conventions. Aujourd’hui, elle est la Présidente d’EVENTOON. Taffy est la secrétaire, Cyann (Les Ravageurs) la trésorière, et moi la trésorière adjointe. Aujourd’hui, presque tous les auteurs français de WEBTOON ont intégré l’association. Les équipes de WEBTOON sont très occupées, donc les festivals et conventions apprécient de ne plus avoir besoin de passer par elles pour nous contacter et nous inviter à l’ANIMASIA ou autre évènement. Pour l’instant, seule la Japan Expo continue de passer par les éditeurs ou les plateformes.

Est-ce qu’EVENTOON prévoit de se rapprocher des auteurs de webtoon français qui publient sur d’autres plateformes ?

Oui, EVENTOON compte à terme se rapprocher des auteurs de WEBTOON FACTORY, ONO, etc. Nous avons commencé par WEBTOON car nous étions tous déjà en contact, c’était facile. D’ailleurs, la Présidente elle-même publie aussi chez ALLSKREEN.

Merci beaucoup pour tes réponses, et félicitations encore pour la parution en librairie de Mon vœu le plus sincère !

Merci à toi !

 

Mon vœu le plus sincère sera disponible en librairie le 19 octobre 2023.

En attendant, découvrez le webtoon par ici, l’histoire courte Le suivant par ici, et suivez Kiri sur Instagram par-là !

Quoi ? Comment ? Le webtoon était à la Japan Expo ? Eh oui ! Notre compte-rendu à découvrir ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *