20 juillet 2024

Interview : Talia Tourriol, scénariste de Z UNITED

Les fans de foot qui ont suivi la saison 1 ont été enchantés de retrouver Z UNITED sur Webtoon Naver fin 2023. Toujours plus de matchs, des relations qui évoluent entre amis, des challenges à surmonter… tout cela sort de la tête des scénaristes et justement, lors du festival de Monteux, nous avons rencontré Talia Tourriol, scénariste de la saison 2 de ce webtoon 100% français !

Talia Tourriol

Webtoon Actu : Déjà, peux-tu te présenter ?

Talia : Alors moi, c’est Talia Tourriol, je travaille chez Makma depuis un peu plus de quatre ans. J’ai commencé au lycée en tant que correctrice, puis adaptatrice, traductrice de l’anglais vers le français et récemment on m’a proposé de reprendre le scénario de la saison 2 de Z UNITED et d’écrire le webnovel de ZEITNOT. Je fais tout ça en parallèle de mes études dans la communication.

Justement tu en parles, comment es-tu arrivée sur le projet de cette saison 2 ?

C’est un projet dont mon père, Edmond Tourriol, n’avait plus le temps de s’occuper avec le développement de la boîte Makma. Pourtant c’est un projet qui lui tenait à cœur, lui qui adore Bordeaux et le foot. Z UNITED était sorti en manga puis en webtoon sur Webtoon Naver, il trouvait dommage de laisser la série comme ça. La fin laissait entendre une suite. Avec le co-scénariste de la saison 1, Daniel Fernandes, ils ont commencé à travailler sur un scénario. Je suis arrivée à ce moment-là, nous avons repris la machine ensemble. Notamment sur la fin, ils n’étaient pas sûrs de « comment finir ». Ils voulaient surtout axer sur un peu moins de sport et plus de romance et de tranche de vie, développer les personnages. Je suis habituée à lire ce genre-là, donc c’était l’idéal.

Est-ce que travailler en famille c’est facile ?

Oui et non. Quand on travaille en famille on a deux possibilités : soit le parent laisse couler en mode « c’est ma fille, sois cool », soit, à l’inverse, c’est plus « puisque tu es ma fille, tu as intérêt à montrer l’exemple ». Là en l’occurrence, c’est un peu le cas. L’avantage avec la saison 2 de Z UNITED c’est qu’il n’y avait pas de deadline, on ne savait pas encore quand on allait la sortir. Comme ça a commencé doucement, c’était rassurant, sinon je pense que je me serais vite retrouvée débordée. J’ai dû faire une présentation du scénario fini à Edmond, qui l’a validé. Ensuite j’ai dû écrire le script de l’épisode 1 et l’envoyer à Albert Carreres, le dessinateur. Mon père l’a relu pour donner son avis et l’a trouvé super. Depuis, il n’intervient pas tellement, il se laisse la surprise de découvrir la fin, je suppose.

Peux-tu nous présenter le webtoon Z UNITED ?

À l’origine c’est un manga de foot qui se déroule à Bordeaux. L’idée c’est qu’un coach qui croit au pouvoir de l’entraide et de l’amitié va monter l’équipe Z, en engageant des joueurs mis sur le banc et refusés par les équipes A parce que pas assez bons. Cette équipe Z c’est un peu le foot du cœur, à l’inverse de celui qu’on peut voir à la télévision où l’on prend les meilleurs pour les associer et tant pis s’ils ne s’entendent pas. Ici on a des valeurs du foot presque familiales et amicales. On va suivre les aventures de collégiens : Hugo, le grand timide et Majid, un garçon un peu racaille, mais vraiment très doué qui tient absolument à jouer avec son frère, atteint de maladie mentale. La saison 2 se concentre un peu plus sur les personnages, le développement des relations, et notamment les personnages féminins. Il y a une joueuse et une autre fille qui s’investit dans le club à sa manière, en soudant les liens entre les membres, sans être juste le love interest ou la fille qui se contente d’encourager de loin. C’est aussi ça, le foot : ce n’est pas que jouer, c’est tout l’esprit qu’il y a autour.

La saison 2 arrive sept ans après le manga, il y a-t-il une évolution différente par rapport à ce qui avait été envisagé à l’époque ?

Alors je dis peut-être des bêtises, mais je ne suis pas certaine que quelque chose ait été envisagé à l’époque. Le manga, qui faisait trois tomes, avait une fin autoconclusive, même si elle restait ouverte. Mais ça aurait pu se finir là. L’idée de faire une suite est venue plus tard. Quand je suis arrivée, le scénario de la saison 2 était déjà bien entamé, en particulier les premiers épisodes imaginés en grande partie par Edmond et Daniel. Moi, j’ai glissé ma patte après.

As-tu une affinité avec les récits sportifs ?

En vrai, pas spécialement. Autant j’adore en lire : HAIKYŪ !! c’est l’un de mes mangas favoris, CAPTAIN TSUBASA que j’ai lu et relu petite, etc. Z UNITED, j’avais jamais envisagé de reprendre le flambeau, même si ça fait tellement partie de mon enfance. Je me souviens, avec mon père, on allait distribuer des tracts dans le lotissement où on habitait. Il m’avait même missionnée pour que j’aille en parler à mes camarades quand j’étais au collège. Je suis contente de travailler dessus. Mais j’ai fait du foot, j’en ai fait pendant un an dans un club avec une équipe féminine, ça m’a beaucoup plu.

Est-ce qu’il y a un autre sport sur lequel tu aimerais scénariser par exemple ?

J’aime beaucoup le patinage artistique. J’ai commencé à écrire un roman avec une héroïne patineuse. Je ne sais pas, le fait de glisser sur la glace, ça fait rêver, je trouve ça magnifique.

En tant que jeune femme, quel lien as-tu avec ce monde très testostéroné qu’est le football ? Toi qui en as fait ?

C’est vrai que c’est très testostéroné ! Même dans les équipes de filles, je me souviens qu’il y avait une façon d’être, de parler qui, je trouve, n’est pas la même dans tous les autres sports. J’en ai fait plein : de la danse, du karaté… C’est vrai qu’il y a ce petit côté bizarre : on te gueule dessus pendant l’entraînement, si tu parles tu fais cinquante tours de terrain, tu fais des pompes (rires). Après, ça ne m’a pas gênée tant que ça parce que c’était jamais dans la méchanceté, il y a quand même cette idée d’entraide, d’exercice pour apprendre à jouer ensemble. J’aimais beaucoup les entraînements.

Tu parlais de personnages féminins que tu vas développer, est-ce que Hugo et Majid tu vas les développer aussi niveau sensibilité ?

Exactement, c’est vraiment ce que je cherche à faire ! Hugo est déjà très sensible dans la saison 1 donc pour lui c’est plutôt l’inverse. C’était l’enjeu dans la saison 1 : comment prendre sa place dans une équipe très testostéronée justement, comment arriver à se faire respecter par les autres joueurs ? Hugo va mûrir, prendre de l’assurance, apprendre à rassurer ses compagnons. Majid lui, déjà très doux avec son frère, va s’adoucir encore. J’essaye de lui développer une relation un peu différente avec les autres joueurs. Et il y a Geoffrey que j’aime beaucoup, le rival de la saison 1. Je trouvais ça intéressant de le faire réapparaître tout en le nuançant.

En dehors du sport quel genre de scénario aimerais-tu écrire ?

De la romance (rires) ! J’ai longtemps été très fan de fantasy et j’avais pas mal de projets quand j’étais petite, mais je trouve que c’est beaucoup de travail au niveau de l’univers, de la magie, etc. Même si je trouve ça passionnant et que j’adore imaginer des histoires, je ne suis pas sûre de faire ça professionnellement avant longtemps. La romance c’est un domaine dans lequel je suis beaucoup plus à l’aise, parce que j’en ai énormément lu, des webtoons, des mangas, des romans. Je connais bien ses codes et c’est quelque chose que j’adore écrire parce que cela permet de donner de la place aux émotions, à la psychologie et au développement des personnages.

As-tu d’autres projets actuels à présenter à nos lecteurs ?

Je travaille sur un webnovel qui s’appelle ZEITNOT et qui est disponible sur la plateforme Neovel. C’est une réécriture d’un manga sorti il y a quinze ans écrit par mon père. On m’a dit « Tiens, voilà le manga, on veut en faire un webnovel de romance, tu peux changer tout ce que tu veux » ! Un peu compliqué (rires). ZEITNOT raconte l’histoire de Tristana, une fille obsédée par ses études qui veut absolument entrer dans un lycée prestigieux rival de son école. Pour accéder à ce lycée, elle va entrer dans le club d’échec et cacher ses ambitions à ses amis. Comme c’est désormais une romance, j’ai inventé un nouveau personnage, quelqu’un qui correspond au caractère de l’héroïne. Et en même temps qui apporte suffisamment de conflits à l’histoire. On part sur une base un peu « enemies to lovers », c’est que je préfère lire donc ça tombe super bien !

Lire Z UNITED

Lire  ZEITNOT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *