19 avril 2024

Interview de François Sikiç, responsable pédagogique à l’EIMA

Aujourd’hui, dans le cadre de notre fameux dossier consacré à l’EIMA, c’est François Sikiç, responsable pédagogique à L’EIMA, qui a généreusement pris le temps de répondre à nos questions.

François Sikic, responsable pédagogique à l’EIMA

Bonjour François, merci d’avoir accepté de répondre à quelques questions. Pour commencer, quel est votre rôle à l’EIMA ?

Je suis le responsable pédagogique. Je travaille en coordination avec les responsables des différentes spécialités de l’EIMA, le Manga et l’illustration.

Aujourd’hui, le Webtoon est en pleine expansion et se développe, comme le montre l’arrivée du diffuseur Piccoma en France. Quelle place occupe le Webtoon dans vos programmes pédagogiques ?

Le Webtoon à intégré notre cursus de formation des « Spécialisation Manga » sous forme de Master Classes. Nous avions essayé par le passé un Workshop avec des élèves plus jeunes (3eme année).

Êtes-vous en rapport avec certaines des plate-formes de diffusions de Webtoon ?

Nous sommes en rapport avec Webtoon Factory et celle – en création – d’Ankama.

Quelles sont pour vous les spécificités du Webtoon, narratives et graphiques, qui diffèrent de la BD franco-belge ou du manga ?

En premier lieu l’outil ! En effet, les autres médiums ne nécessitent pas forcément l’usage du digital. C’est un médium totalement dématérialisé, de sa conception à sa consommation.

Quels sont à vos yeux les avantages et inconvénients du Webtoon ?

Personnellement je pense que ce médium a beaucoup d’avenir. Le support, même s’il n’est pas neuf, n’est pas encore entièrement défini. Je suis très intéressé par ce qui s’y explore concernant les frontières entre amateurs et professionnels ou les modèles économiques encore en train de s’inventer…

Enseignez-vous ces spécificités, ou prévoyez-vous de les intégrer dans vos programmes ?

Le webtoon est enseigné à l’école depuis plusieurs années : des professionnels, auteurs ou éditeurs, nous visitent, font des masterclasses et organisent des concours. Le webtoon et le manga ont des points communs, ce qui fait de l’enseignement du webtoon une extension naturelle de ce que nous enseignons comme cœur de métier. Et, pour les jeunes artistes, il est important d’avoir plusieurs cordes à son arc. C’est d’ailleurs la politique de l’EIMA depuis sa création.

Pour vous, comment se profile l’avenir du Webtoon ?

En une phrase : seul l’avenir nous le dira, mais ça a l’air d’être l’avenir !

Quels conseils donneriez-vous à un élève en BD qui souhaite s’orienter vers le Webtoon ou le numérique ?

Travaillez à maitriser l’art sous sa forme traditionnelle. Le webtoon n’est qu’une déclinaison artistique, informée par un autre support. Les pré-requis restent donc les mêmes : dessin, scénario, arrière-plan, etc… Tout professeur vous le dira : il faut toujours retourner aux fondamentaux !

Un conseil extrêmement important, quel que soit le type de BD que vous créez. Merci beaucoup François d’avoir répondu à nos questions.

David

David Neau

Scénariste pour le jeu vidéo, le cinéma et le podcast, Auteur-dessinateur de la BD numérique Zéda, Chroniqueur Web sur la BD sous toutes ses formes, Réalisateur de courts-métrages animés, Formateur à la BD numérique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *